Réfrigérateurs communautaires : petit portrait d’un grand mouvement

Depuis le printemps 2015, une vague de réfrigérateurs communautaires déferle sur le Québec, de même qu’un peu partout dans le monde. Il s’agit donc d’un phénomène récent. On se demande toutefois pourquoi on n’y a pas pensé plus tôt…

 

Frigo-1200-630

 

Une visée commune

 

L’idée est simple : implanter des réfrigérateurs extérieurs, accessibles à touTEs et ce, en tout temps. Pourquoi ? Les raisons dominantes diffèrent selon les instigateurs-trices, mais touTEs s’entendent sur le fait qu’il s’agit surtout de contrer le gaspillage alimentaire tout en favorisant la sécurité alimentaire. Même si les critères « extérieur » ou encore « en tout temps » ne sont pas toujours présents, il reste que la visée est la même : détrôner l’individualisme au profit de la communauté. Les objectifs d’une telle initiative sont aussi de favoriser le partage, créer un sentiment d’appartenance, responsabiliser la communauté et sensibiliser la population aux enjeux complexes entourant l’acte de se nourrir.

 

Des obstacles qui en disent long

 

En raison de ces enjeux complexes, on fait inévitablement face à quelques obstacles lorsque vient le temps d’instaurer son propre réfrigérateur extérieur. La notion d’hygiène et de salubrité étant trop souvent faussée par des standards quelque peu exagérés, nombre de sceptiques boudent l’initiative des réfrigérateurs qui accueillent de la nourriture souvent dite « périmée ». De même, la difficulté d’avoir des partenaires qui offrent leurs aliments ne pouvant plus être mise en vente en raison de ces standards, mais toujours propres à la consommation, tient souvent d’une ignorance de la règle du bon samaritain.  En fait, celles et ceux qui font don de nourriture dans un simple but philantropique sont protégéEs. Ainsi, que les points de service soient le fruit d’une initiative citoyenne investissant un lieu public, d’un particulier qui l’implante dans sa ruelle ou d’un organisme, toutes les façons de faire ont leurs obstacles propres : exposition au vandalisme, mécontentement des voisinEs, critères trop contraignants en terme de nourriture permise dans le cas des organismes enregistrés, etc.

 

Un mouvement prometteur

 

Quoi qu’il en soit, on ne doit pas oublier que le mouvement est encore « jeune » et que face à son succès, on ne peut qu’être optimistes quant à la suite des choses. Car malgré les obstacles et les lacunes, les quinze frigos implantés au Québec sont toujours debout, prêts à contrer le gaspillage et à favoriser le partage.

 

Les frigos du Québec

Pour retrouver le répertoire des frigos communautaires du Québec, cliquez ici.

Andréanne Wahlmann

Membre du comité Sauve ta bouffe