Pas de gaspille en camping !

Tout au long de l’année, on déploie des efforts pour ne pas gaspiller à la maison : on applique les trucs et astuces du Sauvetabouffe.org, on prend conscience de l’impact de notre gaspillage, on se sensibilise et on se félicite. À la maison, on y parvient, mais arrive la saison estivale et ses activités ! 




On planifie un séjour en camping, certains plus d’un. On pense à mettre dans l’auto ou dans son sac à dos son sac de couchage, son passeport, son chasse-moustique, des collations, de la crème solaire, on ne veut pas oublier sa lampe frontale ou des batteries de rechange… Bref, c’est un peu de préparation ! Alors qu’en est-il de la préparation de sa nourriture ? Comment ne pas perdre nos précieuses denrées alors que nous sommes installés dans le bois sans électricité ou eau courante ?

D’abord, les trucs de préparation sont les mêmes qu’à la maison : faites l’inventaire de votre réfrigérateur et de votre garde-manger avant de partir et faites-vous une liste.

 

Qu’est-ce qu’on apporte?

Mais qu’apporte-t-on ? Il y a l’option de n’apporter que de la nourriture sèche, c’est-à-dire, aucune nourriture allant au froid. Optez pour du riz, des ramen, de l’avoine, du couscous, du thon en canne, des pâtes, … réhydratez avec un peu d’eau bouillante ou encore ajoutez de l’eau froide à votre mélange au matin pour avoir votre repas de couscous froid au midi.

Ceci étant dit, si vous souhaitez vivre une expérience de camping plus glamour, il est toujours possible d’apporter une glacière et d’en faire son frigo. Assurez-vous que celle-ci tienne bien la fraîcheur. Vous pouvez y mettre de la glace et un thermomètre toute une nuit pour tester la température de l’intérieur avant de partir en escapade. Changer la glace assez souvent pour que vos aliments restent au frais. Une autre tactique consiste à faire geler des bouteilles d’eau récupérées, lorsque celles-ci fondent, vous avez de l’eau froide à boire !

Quoi éviter?

Une autre façon d’éviter de gaspiller, serait de n’amener aucune viande. De cette façon, peu de risque de perdre de la fraîcheur, qui est importante lorsqu’on parle de viande ! Si vous optez pour une cuisine non végétarienne, assurez-vous de bien emballer votre viande pour que celle-ci ne coule pas sur vos autres aliments et surtout, suivez-bien le truc précédent concernant la glace dans votre glacière.

Une autre maladresse pouvant arriver à tous les campeurs, c’est les animaux sauvages qui viennent se régaler de notre nourriture. Tâchez de bien ranger celle-ci dans votre voiture, ou encore attachez bien votre glacière et vos bacs de nourriture sèche avec des sangles.

Pour les amateurs de camping sauvage!

Si vous pratiquez le camping sauvage, Parcs Canada (2017) suggère de cuisiner, manger et ranger la nourriture à au moins 50 m de votre tente. Faites en sorte que les sacs de couchage, les tentes et les vêtements portés au coucher soient exempts de boissons, de nourriture ou d’odeurs de nourriture. Rangez vos articles de toilette et vos effets personnels avec vos provisions. Rangez vos provisions, vos déchets ainsi que la nourriture pour le bétail ou les animaux de compagnie loin de votre tente. Servez-vous des installations prévues à cette fin dans les campings désignés de l’arrière-pays. Si vous faites du camping sauvage, suspendez votre nourriture entre deux arbres à au moins 4 m du sol et à 1,3 m des troncs et des branches les plus proches ou servez-vous de contenants à l’épreuve des ours. Jetez l’eau de vaisselle dans les aires désignées ou à au moins 50 m de l’endroit où vous dormez. Rapportez vos déchets. Évitez de les faire brûler, de les enfouir ou de les déposer dans les fosses des toilettes sèches. Ces trucs s’appliquent pour tous les animaux sauvages et pas seulement les ours.

Finalement, sur une note zéro déchet et sensibilisation de l’environnement, informez-vous sur la façon de camper Leave no trace qui consiste, comme son nom le dit, à ne laisser aucune trace derrière vous. Pas de cœur de pomme dans la forêt, pas de marc de café non plus. Pas même de papier de toilette!

J’espère que ces informations vous seront utiles afin de profiter du camping tout au long de l’été, de l’automne et pourquoi pas de l’hiver!

Bonne avnture!

Par Carol-Anne Hyland Carignan, bénévole à Sauve ta bouffe

Aussi publié sur le site de Recette du Québec.

, ,

Aucun commentaires.

Laisser un commentaire